Gestion locative : l’essentiel à retenir !

0
382

Pour que l’expression « gestion locative » puisse être utilisée, il est obligatoire que l’on soit d’abord en présence d’un propriétaire qui loue son bien. Elle se rapporte en réalité à l’ensemble des actions à mettre en œuvre par le gestionnaire locatif ou le bailleur dans le cas d’une location immobilière. Que faut-il retenir concrètement lorsqu’on parle de gestion locative ? Voici les réponses aux multiples questions que vous vous posez certainement.

Gestion locative : qu’est-ce que c’est ?

La gestion locative se rapporte essentiellement à l’ensemble des démarches et actions à réaliser à partir du moment où le locataire a emménagé dans le logement. Il s’agit de la gestion au quotidien de tous les éléments nécessaires au bon déroulement de la location. Cela englobe notamment les réparations indispensables dans le logement, la régularisation des différentes charges, la perception du loyer ou encore la délivrance des différentes quittances. Notons que la gestion locative peut être assurée par le propriétaire du bien ou alors par un professionnel en la matière.  

Principales missions du gestionnaire 

Bien qu’elle n’intervienne dans bon nombre de cas qu’au moment où le locataire a intégré les lieux, la gestion locative peut aussi commencer bien avant, notamment durant la recherche d’un locataire. Pour comprendre la gestion locative, nous allons donc classer en plusieurs catégories les tâches du gestionnaire. Elles se présentent comme suit : 

La recherche d’un locataire

Ici, le gestionnaire est chargé dans un premier temps d’estimer le loyer adéquat au logement. Il doit aussi :

  • Établir le dossier de diagnostics,
  • Faire de la publicité afin de toucher les personnes pouvant être éventuellement attirées par le logement,
  • Faire visiter les lieux aux potentiels locataires,
  • Etudier les dossiers de candidature qui lui sont soumis,
  • Une fois le locataire choisi, rédiger et faire signer le bail de location,
  • Effectuer l’état des lieux avant que le locataire n’emménage.

Dès que le locataire a intégré le logement, le gestionnaire se charge ensuite de la gestion courante.

Les actes de gestion courante

La gestion courante implique pour le gestionnaire, la mise en œuvre des actes ci-dessous :

  • La réalisation des éventuels gros travaux nécessaires (dégâts dans le logement, fuites d’eau…),
  • La gestion de certains incidents qui surviennent,
  • La perception du loyer à la date prévue,
  • L’édition et l’envoi des quittances,
  • Le paiement de la taxe foncière,
  • Les échanges avec les syndics,
  • Le paiement des charges de la copropriété au syndic.

Les actes relevant du domaine juridique

En ce qui concerne la gestion juridique, le gestionnaire est principalement chargé de gérer au mieux les divers contentieux qui peuvent survenir avec le locataire. Dans le cas où ce dernier ne paye pas le loyer où qu’il a dégradé le logement, il revient une fois de plus au gestionnaire de réaliser les différentes démarches juridiques pour régler le problème qui se pose.

Les démarches durant la sortie du locataire

Lorsque le locataire lui fait part de son désir de déménager, le gestionnaire reçoit dans son premier temps le congé du locataire. Il rédige et traite le cas échéant, le congé du bailleur. Après avoir effectué l’état des lieux, il procède à la comparaison de l’état du logement avant et après la location afin de pouvoir effectuer le décompte du dépôt de garantie. Cela fait, il peut enfin restituer au locataire, le dépôt de garantie. Outre les différentes tâches énumérées plus haut, il faut aussi noter que le gestionnaire ou le bailleur doit se tenir disponible afin d’assurer le suivi adéquat des échanges avec le locataire ainsi que le bon déroulement de la location.

Mandat de gestion : quels pouvoirs confère-t-il ?

Lorsqu’il décide de confier la gestion locative de son bien à un professionnel en la matière, le propriétaire du logement à louer signe alors un mandat avec l’agence immobilière ou le cabinet de gestion vers lequel il se tourne. Sur le plan juridique, le mandat en question est encadré par la loi Hoguet. On retrouve principalement dans ce document, l’ensemble des missions qui incombent au gestionnaire. Il s’agit notamment des actes cités plus haut, ainsi que les situations dans lesquelles il devra représenter le propriétaire. À ce niveau, nous pouvons notamment citer :

  • La représentation du mandant au cours des différentes assemblées générales de copropriété,
  • La souscription d’une assurance au titre des dégradations locatives ou des pertes de loyers,
  • Le paiement dans les délais requis des différents impôts et charges,
  • La préparation de l’ensemble des éléments dont a besoin le mandant pour procéder à l’établissement de ses déclarations fiscales.

La rémunération du gestionnaire : comment la déterminer ?

Bien entendu, le professionnel choisi pour assurer la gestion locative d’un appartement ou d’une maison doit être rémunéré pour les différentes missions qu’il exécute. Le tarif varie d’une agence à une autre. Cependant, en règle générale, la rémunération correspond à un taux que l’on applique tous les mois sur le loyer du logement loué. La moyenne du taux appliqué varie la plupart du temps entre 7 et 8 % du loyer (TTC). Certaines agences peuvent toutefois appliquer un taux plus élevé (jusqu’à 10 % parfois). Il faudra donc prendre le temps de bien vous renseigner durant la sélection d’un gestionnaire.

En somme, même si elle requiert le paiement de certains frais, la gestion locative présente à bien des égards, des atouts indéniables. Le propriétaire n’est en effet plus dans l’obligation gérer lui-même diverses missions qui peuvent être assez contraignantes, surtout s’il a un planning chargé. Alors, pourquoi ne pas adopter vous aussi cette alternative plutôt intéressante ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here