Le 2ème pilier : une opportunité à saisir pour préparer sa retraite !

0
1298

Vous avez sûrement entendu parler du « 2ème pilier » de retraite ! Mais savez-vous vraiment de quoi il s’agit et comment il peut booster vos économies en vue de la retraite tout en réduisant votre facture fiscale ? On vous dit tout !

Sommaire

Un complément indéniable à la retraite de base

Le 2ème pilier désigne l’épargne retraite constituée dans le cadre de votre entreprise ou à titre individuel. Concrètement, il s’agit des sommes que vous choisissez d’épargner pendant votre carrière professionnelle, sommes qui viendront s’ajouter à votre retraite de base au moment de prendre votre retraite.

Contrairement aux idées reçues, le 2ème pilier n’est pas réservé aux cadres ou aux salaires élevés. Tout le monde peut se constituer une épargne retraite complémentaire, même avec de petits montants. L’essentiel est de commencer tôt pour profiter au maximum des intérêts composés.

Même 50 ou 100 euros par mois peuvent faire une grosse différence sur le long terme. L’épargne se capitalise avec les intérêts, ce qui accélère la constitution de votre « bas de laine » retraite.

Il est donc tout à fait possible de se constituer un capital confortable pour ses vieux jours avec de petites sommes, mais investies très tôt. Tout est question de temps et de régularité. Inutile d’attendre d’hypothétiques hausses de salaires ou primes pour vous lancer !

Le 2ème pilier est également plus flexible que les autres régimes de retraite complémentaire. Vous pouvez adapter vos versements en fonction de votre situation. Une baisse de revenus ? Diminuez temporairement vos versements. Une rentrée d’argent exceptionnelle ? Faites un versement exceptionnel ! Cliquez ici pour vous faire suivre par des pros.

Une fiscalité attractive pour donner un coup de pouce à votre épargne

L’atout majeur du 2ème pilier réside dans son régime fiscal extrêmement avantageux. Les sommes versées sont déductibles de votre revenu imposable, ce qui réduit votre facture fiscale dès à présent !

Par exemple, si vous placez 100 € par mois sur votre assurance vie 2ème pilier, vous économiserez environ 30 € d’impôts la première année et cette économie ira en augmentant au fil des ans. À la retraite, seul un prélèvement forfaitaire unique de 7,5 % sera appliqué sur les gains.

Plus vous commencez tôt à alimenter votre épargne retraite, plus votre gain fiscal sera important. Les économies d’impôts réalisées grâce aux versements déductibles peuvent même dans certains cas dépasser les sommes réellement investies ! De quoi donner un sérieux coup de pouce.

Autre avantage, les sommes placées en 2ème pilier n’entrent pas dans l’assiette de calcul de votre Impôt sur la Fortune Immobilière (anciennement ISF). Ce régime fiscal de faveur en fait donc également un outil d’optimisation patrimoniale.

Enfin, sachez qu’il est possible de transférer son épargne retraite 2ème pilier en cas de changement de situation professionnelle. Vous gardez ainsi vos avoirs et continuez de profiter des avantages fiscaux. Cette portabilité est un vrai plus.

Optimiser ses placements 2ème pilier

Il existe différents types de placements pour constituer votre épargne retraite 2ème pilier. Le plus répandu est le Perp, contrat d’assurance vie individuel. Mais de plus en plus d’entreprises proposent également des solutions de retraite supplémentaire collective à leurs salariés.

Vous pouvez même cumuler les deux ! L’essentiel étant de :

  • commencer à verser des sommes même modestes le plus tôt possible ;
  • optimiser la fiscalité : déductions des versements et taux réduit à la sortie ;
  • et de faire fructifier votre épargne en optant pour des supports en unités de compte performants.

Il est possible d’investir son épargne retraite sur différents types de supports financiers : actions, obligations, immobilier, etc.

Les unités de compte offrent un bon potentiel de rendement à long terme, nettement supérieur aux fonds euros, mais avec un risque plus élevé. Leur horizon de placement correspond bien à une épargne qui ne sera mobilisée qu’au moment de la retraite.